La Neuro-plasticité, un allier pédagogique !

La neuro-plasticité est la faculté du cerveau à créer de nouvelles connexions entre les neurones tout au long de la vie. Concrètement cela veut dire que l’on peut apprendre à tout âge. Exprimé de manière imagée, développer une nouvelle compétence, un nouveau savoir faire, c’est comme marcher à travers un champ. Au début cela va juste courber l’herbe et ne laisser qu’une trace. Au fur et à mesure des passages, la trace va se préciser jusqu’à devenir un sentier, un chemin, puis une véritable route, goudronnée, ce qui permettra une circulation de plus en plus stable et rapide de l’information, jusqu’à potentiellement devenir une véritable autoroute, à haut débit.

 

Et ce qui est intéressant avec ce concept de neuro-plasticité, c’est qu’il bouleverse les théories du passé. Avant, les scientifiques pensaient que tout se jouait avant un certain âge et qu’ensuite les choses ne pouvaient plus changer ou peu. Aujourd’hui, l’imagerie mentale (IRM) prouve qu’il n’en est rien et que le cerveau est littéralement malléable, modelable, c’est à dire qu’il est capable de s’adapter aux situations extérieures en élaborant de nouvelles stratégies d’apprentissage, donc concrètement en créant de nouvelles connexions neuronales.

 

Quelles perspectives pour l’apprentissage scolaire ?

 

Un élève qui à un moment donné ne réussit pas n’est donc pas dans une situation figée. Cette prise de conscience est très importante car si ce qu’il a fait jusqu’à aujourd’hui ne fonctionnait pas, il peut, en tout cas son cerveau le peut, apprendre à faire autrement. Et un élève qui comprend ça s’ouvre de nouveaux horizons. 

 

Ainsi, un élève qui pensait par exemple « de toutes façons ça ne sert à rien de faire des efforts car je suis nul dans cette matière », peut commencer à penser « je suis en capacité de progresser ». Ainsi le "je" qui n’était pas doué pour telle ou telle chose, devient un "je" qui plus simplement ne sait pas (encore) faire et qui peut apprendre à faire autrement avec des méthodes plus efficaces. Cette distinction est fondamentale et redonne assurément du pouvoir à l’élève, ce qui fait une sacrée différence, notamment en terme d’identité et d’estime de soi. 

 

Le concept de neuro-plasticité, en plus d’être une réalité scientifique est un puissant levier pour (re)motiver des élèves à reprendre confiance en eux et en leur potentiel, et ainsi évoluer dans une nouvelle direction, à tracer leur propre chemin.